Travaux et recherches

Publié le Publié dans Travaux et recherches

Etude sur la circulation cérébrale, présentée au Congrès International d’Etiopathie de Loches, 2005.

Etude sur «Le douzième nerf intercostal», présentée au Congrès International d’Etiopathie de Vichy, 2006.

Etude sur une «Re-lecture de la lésion étiopathique articulaire: phénomènes neurologiques» (étude de quatre années regroupant plus de 1000 patients, sur les phénomènes de «myélomérisation»), présentée au Congrès International d’Etiopathie de Strasbourg, 2007.

Etude sur l’appendicite: «Expérimentation…Clinique», présentée au Congrès International d’Etiopathie de Biarritz, 2008.

Travail présenté à la Société Anatomique de Paris : (Séance du vendredi 23 Janvier 2004)
« Etude statistique post-mortem sur la longueur de l’intestin chez l’Homme et relations avec le poids,
la taille, le sexe et l’âge des sujets. A propos de deux cents dissections».
Stéphane Velut, Jacques Desmé, Eric Berton, Gervais Martial Hounou, Jimmy Desrumaux. Collaboration technique : Jean-Paul Da Silva et Gérald Devermoz.

Objectif : premièrement étudier statistiquement la longueur moyenne des différents segments intestinaux ainsi que la longueur totale chez l’homme et chez la femme; ensuite, montrer s’il existe des relations entre la longueur d e l’intestin et le poids, la taille, le sexe et l’âge des individus.
Matériel et méthode : dissection de deux cents sujets adultes non formolés, cent femmes et cent hommes.

Conclusions : cette étude montre qu’il existe des variations individuelles très amples, notion très
importante en chirurgie qui doit être prise en compte avant toute résection importante car, comme le
rappelle G.M. Hounnou, «ce n’est pas la longueur de l’intestin réséqué qui entre en compte, mais ce qui reste en place». 

Etude sur «Les syndromes douloureux viscéraux : polymorphisme redoutable»
33e Congrès International d’Ostéopathie (Association Française d’Ostéopathie – AFO), Salou, Espagne, 2013. 

Document consultable en cliquant ici
Attention, le contenu de cette étude peut heurter, par les images de dissection qu’elle contient, votre sensibilité.

Ce travail porte sur la physiologie du syndrome de l’appendicite: étude des différents symptômes et signes cliniques de l’appendicite et mécanisme de construction. Substratum anatomique du point de Mac Burney. Que représente-t-il physiologiquement ? Syndrome appendiculaire et Ostéopathie. 

Conclusion et hypothèse générale :
«Point de Mac Burney : point douloureux pariétal reflétant le passage de la branche antérieure du douzième nerf intercostal à travers la partie externe de la gaine du grand droit. C’est un point pariétal et non plus viscéral (le point originel étant censé refléter le point d’implantation de l’appendice «inflammé» sur le caecum».
«Il n’existe pas de représentation viscérotopique corticale d’un viscère, celui-ci n’ayant pas de référentiel fixe d’espace, de forme, de volume».
«Le point de Max Burney permettant l’orientation et la reconnaissance clinique d’une appendicite n’existe pas. Il n’a ni valeur de localisation ni valeur de diagnostic».
«Il existe un envahissement plus ou moins complet du myélomère associé à une entorse vertébrale: Dermatome, Myotome, Viscérotome, Sclérotome, Angiotome».
Une entorse vertébrale dorso-lombaire pourra être à l’origine d’un réflexe vaso-moteur dans le territoire de l’appendice : utilité et nécessité du traitement ostéopathique pour supprimer l’information vaso-constrictrice, support de la fragilisation vasculaire iléo-caeco-colo-appendiculaire».